Traitrise - mon imaginaire- poétiquement votre

Mon Imaginaire ... Gabrielle. E

Mon Imaginaire ...             Gabrielle. E

Traitrise

01 traitrise.jpg

Traitrise

 

Sur fond de brume, monte au ciel un soleil blafard

Mais enjouée, la naïve semblait encor’ croire

Que par un étrange-obscur, en l’heure matinale,

La joie pouvait du ciel en déchirer le voile.

 

Son ciel s’éclaircissait lorsque midi sonnait,

Prouvant que quelquefois l’innocence a raison.

Dans ses yeux tristes, l’allégresse enfin reflétait,

Illuminant sont corps de mille et une façons.

 

Il est pour tout mortel, un astre aux rayons purs

Que l’on suit, l’âme en paix malgré les flétrissures,

Emerveillé devant ce pouvoir magique

Que revêtent les amis, au sens biblique.

 

Espoir triomphant de la lumière sur la brume,

Puis soudain tout fuyait sur d’informes décombres,

Empli d’un monde âpre, vil, éclaboussant d’écume,

Tour à tour à ses yeux passaient de pâles ombres.

 

Pendant que le soleil flirtait à l’horizon

La félonie, la traîtrise et la fourberie

Sans gloire, mérite, honneur et blason

A grand pas de géant son empire envahi.

 

Et lentement, glissant vers l’oubli de la nuit,

Les ombres s’allongeaient tels des démons vivants

Sur leur proie déversant, peur, angoisse et folie

Ainsi chassée vers les pentes avides du néant.

 

Oser, c’est le meilleur moyen de réussir.

Faut-il encore oser et vouloir réussir

Mais la routine monotone d’une vie

Tue ce désir jusqu’au fin fond de son envie.

 

Immense, un grand froid s’empare de son âme,

A petit feu, elle meurt versant tant de larmes.

Tout est brume, le vent souffle avec des huées

Pour que de nos cœurs les passions soient arrachées.

 

Gabrielle. E.



19/01/2015
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres