Mon Imaginaire ... Gabrielle. E

Mon Imaginaire ...             Gabrielle. E

Sans amour

Sans amour

 

 


 

 

La lèvre quémandeuse, et l'âme en bandoulière,

D’amour originel, oh! Jeune dentellière

Implore la caresse et l'œuvre familière

D’Aphrodite, saveur d’errance coutumière.

 

Seule, tu te confonds aux ombres de la nuit,

Haïssable trainée de funestes poisons

Où l'âtmâ chevillée à d’odieuses passions,

Laisse l’amer ronger cet amour éconduit.

 

Jamais tu ne sauras, les plaisirs rituels,

Découvrir la fraîcheur folle d’une promesse,

Goûter l’exaltation fébrile de l’ivresse.

Cupidon ne ravit plus tes tristes prunelles

 

L’ire aux veines, le flot souffle l’inassouvie.

 Connaître de l’amour que le temps d’un instant,

Affamée d’un désir d’être aimée follement,

Ta revanche, tu prends, sur l’oubli de ta vie.

 

Jouvencelle au départ de nos hier pluriels,

Du chemin cahotant de blessure en blessure,

Arrive la saison qui blanchit la ramure

Aux bohèmes matins, soupirs confidentiels.

 

Maraude, d’une main t’esquisse ta hanche,

Tu suis, courbe lascive au froissé de satin

Le cou gracieux,, d’un sein, le galbe libertin.

Palpite sous tes doigts, fêlé, ton cœur pervenche

 

Puis solitaire, t’endors aux grèves de l’envie

Source voluptueuse au ciel de tes chimères

Qui t'entrouvre l’espoir de songes éphémères

 Et teinte en touches d’or les souvenirs transis

 

 

Gabrielle. E.

 

 

 



04/05/2016
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres