Mon Imaginaire ... Gabrielle. E

Mon Imaginaire ...             Gabrielle. E

L’enfant étrangère

L’enfant étrangère

                                                        A ma fille Marie

 

Sans toi, je ressemble au désert,

Hamada où poussent les mirages

Bordés de contrées sauvages.

De ma terre, tu bannis l’hiver.

 

Enfant qui se dit étrangère,

Étrangère à notre destin,

Déchire mon cœur de ses chimères

Et laboure mon âme de chagrin.

 

Sans toi, terre inculte je suis,

L’abandon aux brumes éternelles

Qu’enlisent les décors irréels.

D'Amour, fertilise ma vie.

 

Enfant qui se dit étrangère,

Étrangère à notre destin,

Déchire mon cœur de ses chimères

Et laboure mon âme de chagrin.

 

Explosent ! Les déracinés,

Au cœur de la jungle humaine,

Comme toi, ma belle Chimène,

Permanence de vie menacée.

 

Enfant qui se dit étrangère,

Étrangère à notre destin,

Déchire mon cœur de ses chimères

Et laboure mon âme de chagrin.

 

Mais, fontaine au cœur du désert

Irrigue l’âme desséchée,

Nourrit les semences d’amitié

Et purifie toutes colères.

 

Enfant, tu n’es pas étrangère

Étrangère à notre destin,

Délivre ton âme des chimères

Et cajole mon cœur du chagrin.

 

Gabrielle. E.



06/03/2016
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres