Mon Imaginaire ... Gabrielle. E

Mon Imaginaire ...             Gabrielle. E

Je fauche le hanap de ta Jouissance

1 appréciations
Hors-ligne
Atoi, ma Douce,Atoi, la brise de mes rimes   Je fauche lehanap de ta Jouissance Je connais laprofondeur de tes yeux,ma Fée de Grâce,lorsque lePlaisir t’envahit,que montent en notrechambre,parmila lice de notrecouche,tes sanglots deliesse, tes lèvres senouentcontre lestertres de messeins, mes paumes temurmurentdes grelotsd’allégressesur l’amphore de toncorps, tes jambesm’attèlentaux flûtes duprintemps,puis,ton corpsretombe, épuisé,au seuil desétoiles.Je t’enveloppe alorsde la vague demes bras,je fourbis sansfin la houppelandede ton sexe,tu reprends vie,tu te cambres,  tes pieds s’appuient dessus nos drapsravagés, mes paumesfouaillent l’archipel de tavulve tandis que tuhalètes, les yeux enpleurs,au sein des flotsde la Douceur, je fauche enfinavec ma lippele hanap de taJouissanceque je t’offreen la coupe denos doigts, enl’anse de nosgorges,enla robed’hyménée de nos amours siparfaites !


Sophie 839
rivière

22 appréciations
Hors-ligne
Je fauche le hanap de ta jouissance  



 A toi, ma Douce, A toi, la brise de mes rimes

Je fauche le hanap de ta Jouissance

Je connais la profondeur de tes yeux



Ma Fée de Grâce, lorsque le Plaisir t’envahit,

 Que montent en notre chambre, parmi la lice

De notre couche, tes sanglots de liesse,


Tes  lèvres se nouent contre les tertres de mes seins,

Mes  paumes te murmurent des grelots d’allégresse

 Sur  l’amphore de ton corps, tes jambes m’attèlent

Aux   lûtes du printemps, puis, ton corps retombe,

Epuisé  au seuil des étoiles.

  

Je t’enveloppe alors de la vague de mes bras,

 Je fourbis sans fin la houppelande de ton sexe,

Tu reprends vie, tu te cambres,

Tes  pieds s’appuient dessus nosdraps ravagés,


Mes  paumes fouaillent l’archipelde ta vulve

 Tandis  que tu halètes, les yeux en pleurs,

Au  sein des flots de la Douceur,


Je  fauche enfin avec ma lippe le hanap de ta Jouissance

Que  je t’offre en la coupe de nos doigts,


 En  l’anse de nos gorges, en la robe

D ’ hyménée  de nos amours si parfaites !


  Sophie Rivière
Gabrielle.E

12 appréciations
Hors-ligne
ça y est !!! peu à peu j'apprends à naviguer sur les blogs, et chez toi je ne suis pas déçu, je trouve ce texte tout con-venant, sans ambiguïté sur sa destiné et ses horizons à atteindre, je le suis(atteint) , et je succombe à ce charme amoureux féminisée dans son intime... si tu me le permet je te le prends... érotiquement tien... amitié Joél.
JoDe

1 appréciations
Hors-ligne
Cher Joël,

Je vous remercie beaucoup pour la chaleur de votre enthousiasme.
Je décris ici mes amours pour mon amante si douce et si parfaite, et dont
la beauté et la bonté m'honorent à chaque instant.
Je m'inscris dans la poésie saphique illustrée par Sappho dans l'Antiquité,
et au XXème siècle par Renée Vivien, Lucie Delarue-Mardrus, voire
Monique Wittig décédée en 2003. Je m'étonne d'ailleurs qu'aucune
anthologie poétique ne les mentionne.
Amicalement.
Sophie Rivière

  
rivière

12 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Sophie,

J'aime tout particulièrement votre écriture, et vous remercie de votre réponse, que j'aurai souhaité plus personnalisée bien que ce petit rappel de l'histoire illumine mon ignorance... merci et à bientôt, amitié.
JoDe

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres