Mon Imaginaire ... Gabrielle. E

Mon Imaginaire ...             Gabrielle. E

Eternel tourment

Animation5.gif

Eternel tourment

 

 

Dans la clarté lumineuse du soleil levant, doucement la nature s’éveille, enchanteresse.

Le gai pinson et le merle moqueur sautillent de branche en branche. Les derniers trémolos du rossignol emplissent l’air vibrant de ses chants d’amour.

Les fleurs ploient délicatement leurs courbes gracieuses sous la brise parfumée, s’abandonnant, lascive, au butinage frivole d’un bouquet coloré de papillons.

 

Caresse et volupté légère d’un bonheur paisible.

 

Béat de ce doux enchantement, le ciel rosit de plaisir, laissant enfin le jour lever le voile de nuit sur une aube nouvelle.

Là, au milieu de ces trésors naturels, couchée sur l’herbe tendre, la face offerte à la chaleur des premiers rayons, le corps alangui par tant de beauté secrète, une femme repose, obsédée par le souvenir de l’amant qui l’a délaissée.

De souffrance traversée, mobile, son visage joue d’ombre et de lumière,

Jalonnant de sourds gémissements plaintifs le cours imaginaire de sa rêverie.

 

 

«  Par la lumière attiré,

Le papillon se brûle les ailes.

Tu es cette clarté

Source éternelle.

 

Tu es jouissance de déraison

Comme cette dent qui fait mal

Et que de la langue, on taquine

L’agaçant de mille façons.

Souffrance savoureuse et banale,

Lancinante et mesquine.

 

Tu es l’épine venimeuse

Incrustée dans la main tendue

Distillant son poison lentement.

Je reviens, tremblante et peureuse,

Sans cesse vers le bûcher défendu

Où je m’enflamme et souffre profondément,

Aimantée par ta puissante attirance.

 

Je ne peux me passer

De ta douloureuse présence »

 

Blessée, elle ne peut fuir le songe qui la hante, faisant paraître les êtres qui la côtoient, étranges et pâles fantômes aux traits de marbre.

 

 

 

Gabrielle. E.



12/11/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres